Un peu d'histoire...

Un peu d'histoire...

Le pont suspendu route de Tercis

Si d’après la société de Borda un site gallo romain existait à Heugas (fouilles datant de la fin du XIXème siècle), la création de la paroisse du village avoisine le Moyen Âge.

LE PUITS DE LA GELOUSE 

Jeanne-Martine-Eulalie Ramonbordes (1811-1890), veuve de Joseph-Martin-Phanor-Hector Poymiro (1806-1857) avait fait construire un magnifique puits sur sa propriété, actuelle place du village dont la commune héritera à sa mort.
Tout en pierre, orné de colonnes et surmonté d’une toiture à l’impériale, il trônait au sud-est de la place et alimentait par gravité en eau potable la résidence du “Coudaingt”, maison de Mme Poymiro, actuelle mairie qui fit également partie de l’héritage Poymiro.

Lorsque le réseau d’eau fut créé, le puits perdit son utilité. On décida malheureusement de le démolir.

Heugas-le-mag--01144

La dénomination d’origine de l’église est “Sainte Marie de Moros” (mûres). Cette église, ancien prieuré dépendant de l’Abbaye de Sorde, est l’une des plus anciennes des Landes.

Au XIème siècle, une famille de seigneurs du lieu, la famille Falgars, donne son nom au village. En 1070, la forme ancienne de Heugas était Felgars. Au fil du temps, il s’écrit Feugars (XIIème siècle), Hougas en 1638 et enfin Heugas en 1714. En langue gasconne, le “H” (soufflé) équivaut au “F” latin.

Le cœur de bourg déménage...

La physionomie du village a changé à partir de la fin du XIXème siècle puis radicalement au XXème. Jusqu’en 1936, le centre du village se situait près de l’église. Sur la place, Il y avait la mairie aujourd’hui disparue. Venant de Dax, on y arrivait par la route de “Portet”.

Le bac de Portet

Le bac de Portet

En 1880, l’école des filles fut construite à son emplacement actuel. L’école des garçons, elle, est demeurée en bas (elle se trouvait dans le bâtiment encore existant à droite du porche de l’entrée du cimetière).

En 1936, le bourg migre vers l'emplacement actuel et le village prend la physionomie que nous lui connaissons aujourd’hui. Une école des garçons est élevée près de l’école des filles, une nouvelle mairie est construite (actuelle médiathèque). L'actuelle place de Lagelouse était auparavant un ancien airial, l'airial de la métairie de “Carrère”.

Le legs d'Hector Poymiro ayant entre autre attribué à la municipalité de Heugas la métairie de "Carrère", il était sans doute logique de transformer, compte tenu des habitudes, cet airial en place du village lorsqu'il a été décidé de la mutation du bourg. Depuis 1936, cette place est donc le théâtre principal des activités et manifestations populaires du village. C'est principalement pour des questions de vétusté des bâtiments municipaux et de difficulté d'acheminement de l'eau potable que ces transformations eurent lieu. Voilà pourquoi l'on peut s'étonner, lorsqu'on arrive à Heugas, de ne pas trouver l'église sur son passage comme dans la plupart des villages français.

En 1991, la mairie déménage dans la maison du "Coudain", ancienne résidence des Poymiro, puis presbytère après leur disparition. Un nouveau presbytère plus confortable est aménagé dans les communs. Quelques temps après, le monument aux morts qui avait été élevé devant l'ancienne mairie, est démonté et reconstruit à son emplacement actuel.