Alimentation plus saine - Atelier du 17 mai 2019

Alimentation plus saine - Atelier du 17 mai 2019
Compte-rendu de l'Atelier Prévention du 17 mai 2019 à la médiathèque de Heugas avec Christine Denibaud de Cap Santé Social « Une alimentation plus saine ; Comment protéger les enfants en évitant les substances toxiques ? »
Après un bref rappel sur le fonctionnement endocrinien de l'organisme, Mme. Denibaud définit les perturbateurs endocriniens comme des substances chimiques étrangères à l'organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système hormonal. Les hormones étant des molécules messagères du corps humain, ces perturbateurs diminuent ou augmentent leur action.

Où trouve t-on ces perturbateurs endocriniens ?

Ils sont présents partout, dans l'eau, dans l'air, dans les maisons, sur les vêtements, les meubles, les crèmes, les récipients mais la première source de contamination est l'alimentation, en raison du contact avec les emballages (phtalates dans les plastiques, bouteilles, gobelets, film alimentaire), bisphénol A (interdit depuis 2015) dans les boîtes en plastique, moules en silicone. Ces différentes substances migrent des contenants vers l'aliment en particulier en cas de chauffage.

Les fruits et les légumes sont les principaux pourvoyeurs de pesticides (herbicides, fongicides, insecticides) ainsi que les aliments gras (viande, poisson, lait) ; les poissons gras étant particulièrement contaminés car en bout de chaîne alimentaire (mercure, dioxines, PCB).

Les additifs alimentaires :

Ce sont des colorants, des conservateurs, des agents anti-oxygène, des agents de texture. Leur utilisation est réglementée. Ils doivent être mentionnés sur l'étiquette des produits, soit en clair, soit à l'aide d'un code. Certains additifs pourtant autorisés sont reconnus comme potentiellement cancérigènes.

Les effets sur la santé :

Ils perturberaient le fonctionnement des hormones sexuelles entraînant des pubertés précoces, des anomalies du sperme, une baisse de la fertilité.

Ils seraient en cause dans certaines pathologies comme les cancers ou l'obésité.

Ils seraient responsables de l'hyperactivité chez les jeunes enfants.

Comment éviter les perturbateurs endocriniens au quotidien ?

  • Préférer des contenants en verre pour les aliments et éviter au maximum les plastiques ;
  • Ne pas réutiliser les bouteilles d'eau en plastique ;
  • Remplacer les poêles avec revêtement anti-adhésif type téflon par de l'inox ou de la céramique ;
  • Ne pas chauffer les plastiques alimentaires ;
  • Eviter de réchauffer des aliments avec du film étirable ;
  • Consulter l'application YUKA pour connaître la composition des produits alimentaires et la liste des additifs à partir de leur code barre mais aussi des cosmétiques et produits d'hygiène ;
  • Dans la mesure du possible acheter des produits Bio.

Christine Denibaud nous recommande :

  • Un film documentaire : « Demain » réalisé par Cyril DION et Mélanie LAURENT en 2015
  • Des livres : 
    • Additifs alimentaires de Corinne Gouget
    • Alors, on mange quoi ? Le guide du bon sans toxique du Dr. Chevallier et Claude Aubert
    • J'évacue les perturbateurs endocriniens, c'est parti ! D'Isabelle Doumenc.
  • Un site : « Générations Futures

A nous, consommateurs, d'agir, de changer nos comportements et de devenir maîtres de nos choix alimentaires et donc de notre santé.